La parole est très proche de toi: reflection post-synode

Deut 30:9-14; Ps 25.1-10; Col 1:1-14; Luke 10:25-37

« La parole est très proche de toi ; elle est dans ta bouche et dans ton cœur pour que tu l’observes »

La vie de l’Église anglicane du Canada a été très occupée pendant ces derniers jours, alors que le Synode général se réunit à Vancouver jusqu’à mardi.  Le Synode général est notre organe directeur national et ses membres proviennent du collàge épiscopale ainsi que du clergé élu et des laïcs de tous les diocèses.  Il se réunit tous les trois ans.  Ses délibérations s’inscrivent dans un contexte de prière et d’adoration régulières.

Trois points importants ont été abordés au cours des deux premiers jours…

Hier, un nouveau chef national a été élu pour remplacer Fred Hiltz, qui prend sa retraite.  Mgr Linda Nicholls est actuellement évêque de Huron, et elle sera installée comme Primat lors de l’Eucharistie finale du Synode, mardi.  Elle devient la première femme à occuper ce poste dans l’histoire de notre Église.

Nous nous réjouissons qu’enfin le plafond de verre se soit brisé, et qu’il y ait maintenant des femmes, ordonnées et laïques, à tous les niveaux de la direction de l’église.  Nous prions pour que notre nouveau primat, ainsi que les nombreuses autres femmes évêques, prêtres et diacres, soient des modèles pour les femmes de tout le pays, les inspirant à considérer si Dieu les appelle aussi à cette vocation particulière.

Vendredi matin, le primat sortant, Fred Hiltz, a demandé pardon pour le tort spirituel causé aux peuples autochtones de ces terres – Premières nations, Inuits et Métis.

Et l’Église anglicane indigène autodéterminée a été créée au sein de l’Église anglicane du Canada, avec l’évêque Mark McDonald – jusqu’à présent évêque anglican indigène national – nommé archevêque de cette nouvelle entité.

L’Église anglicane du Canada est aux prises avec des questions de réconciliation et d’affirmation des peuples autochtones depuis un certain temps, et les excuses de l’Église et le rehaussement intentionnel du profil du ministère anglican autochtone sont des développements attendus depuis longtemps, alors que nous et la nation en général continuons à travailler pour justice et réparation pour les torts causés dans le passé.

Enfin, vendredi soir, la deuxième lecture de la modification proposée au canon du mariage a fait l’objet d’une discussion plus approfondie et d’un deuxième vote.

Pour ceux qui ne suivent pas en détail les affaires de l’Église, ce débat a commencé il y a quelque temps, et un amendement au Canon XXI – le texte législatif de l’Église sur le mariage – a été proposé au dernier Synode en 2016.  Cet amendement exprimait explicitement le souhait de nombreux membres de l’Église que le mariage soit accessible à tous ceux qui peuvent se marier légalement.  L’amendement fut adopté.

La constitution de l’Église anglicane du Canada requiert que les changements de cet ordre soient lus et adoptés deux fois par le synode.  Mardi soir, ce vote a été perdu par une voix dans le collège episcopal.

Pour une communauté comme la nôtre à la cathédrale Christ Church, vouée à vivre la vision d’une église ouverte à tous, s’efforçant d’être vraiment inclusive, avec un groupe prospère de membres LGBTQ2S contribuant à tous les aspects de nos ministères, cette journée a été marquée par des émotions contradictoires.  Ceux qui rôdent sur les médias sociaux auront vu les expressions de désarroi et de chagrin exprimées par beaucoup à ce résultat.

Sans aucun doute, les analystes disséqueront les nombreuses raisons pour lesquelles nous en sommes arrivés là où nous en sommes.  J’ai travaillé sur ces questions depuis que je suis devenu anglican au milieu des années 1980 et je me suis peut-être habitué à ce que l’institution nous dise une chose, puis en fasse une autre.

Néanmoins, malgré les résultats, il y a beaucoup de bonnes nouvelles, même dans ce qui s’est passé à Vancouver vendredi :

– Bien que ce processus semble interminable, nous avons en fait parcouru un long chemin.  Plus de 75 % des participants au Synode étaient en faveur d’une modification de la législation, et ce n’est qu’en raison de l’exigence d’une majorité qualifiée dans les trois chambres séparées de l’évêque, du clergé et des laïcs que la motion a échoué par une si faible marge dans la Chambre des évêques.

– Un mémorandum produit pour ce synode et décrivant l’histoire de tout le processus d’intégration des membres lgbtq2s de l’Église anglicane du Canada a entériné le fait que nous sommes tous appelés par Dieu et sommes des membres aimés de l’Église.

– Les avocats de l’Église nous ont rappelé que le droit canon, tel qu’il est rédigé, n’interdit pas en fait le mariage pour tous.

– Les évêques diocésains ont déjà le pouvoir d’autoriser les mariages entre personnes de même sexe, ce qui est le cas dans ce diocèse et dans plusieurs autres au Canada depuis 2016.  La cathédrale Christ Church continuera d’être un lieu où nous accueillons tous les couples qui souhaitent se marier.

On pourrait se demander : comment faire le lien entre tout cela et notre lecture du bon Samaritain d’aujourd’hui?

Dans cette histoire familière, nous nous souvenons de la réponse de Jésus à l’un des nombreux juristes religieux qui essayait de le piéger avec une autre question, une question posée parce que les gens n’aimaient pas la compagnie que Jésus tenait.

« Que dois-je faire pour hériter de la vie éternelle ? », demande le juriste.

Jésus lui renvoie la question : « Qu’est-ce qui est écrit dans la loi » ?

 » Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de toute ton intelligence, et ton prochain comme toi-même. »

Jésus confirme que c’est bien sûr la bonne réponse juridique.  Mais l’avocat n’est pas satisfait.

Après tout, le concept de voisin peut être assez large, à moins que la loi ne désigne littéralement les gens que nous connaissons qui vivent à côté de nous.

Il teste donc Jésus plus avant pour en être sûr.  Et sa question ne porte pas sur l’étendue du bien que la loi peut ou non exiger de nous, mais plutôt sur les limites du prochain – jusqu’où peut-on étendre le bien que l’on peut faire ?

Et la réponse n’est pas vraiment ce que le juriste pensait qu’elle pourrait être, et peut nous laisser réfléchir aussi.

Parce que Jésus aurait pu donner l’exemple d’un bon pratiquant religieux qui transgresse les frontières et aide quelqu’un au-delà des apparences, comme un Samaritain.  Les Juifs de l’époque, qui suivaient strictement leurs codes de pureté, ne pouvaient pas manger avec un Samaritain, et encore moins l’aider même en cas de détresse.  Jésus aurait donc fait valoir que les bons religieux doivent aider ceux qui les entourent, quel que soit leur statut.  Cela peut nous sembler évident, même si ce n’était pas une sage réponse à donner à un homme rusé désireux de piéger Jésus en train d’enfreindre la loi.

Et bien sûr, ce n’est pas du tout la réponse que Jésus donne.  Au lieu de cela, il présente l’impensable comme la bonne réponse.  La seule personne qui fait partie d’un groupe ostracisé par la société est celle qui devient le modèle du bon voisinage, étendant l’amour généreux, compatissant et inconditionnel de Dieu à un parfait étranger, dont on ne sait rien du tout.

Comparé au prêtre et au lévite qui passent sans rien faire, il est facile de voir comment même le juriste devra reconnaître qui sont les deux voisins dans cette histoire.

Je ne sais pas pour vous, mais cette histoire me fait toujours culpabiliser.  Je suis souvent en vadrouille ici et là, et dans le centre de Montréal, je rencontre souvent des gens qui auraient bien besoin d’expressions somptueuses d’amour et de soins. Mais souvent, comme le prêtre et le lévite de cette histoire – mais pas pour des raisons de pureté – je passe à côté de l’une des mesures les plus explicites que Jésus nous a données.

Au fil du temps, j’en suis venu à reconnaître que l’Église, le corps du Christ, nous permet d’exprimer cet amour en de nombreux lieux et à de nombreuses personnes parce que nous sommes nombreux et avons des intérêts, des personnalités et des manières différentes de répondre au commandement de Jésus. Notre voisin est celui qui s’occupe de nous quand nous sommes dans le besoin, sans questions ni réserves.  Et nous devrions l’être aussi pour les autres.  Et cette tâche est partagée entre nous tous.

Mes amis, l’échec de l’adoption de l’amendement au canon du mariage est un petit pas en arrière sur la trajectoire de la libération du peuple de Dieu pour devenir ce que nous sommes vraiment, précieux et aimé aux yeux de Dieu.

Alors continuons à regarder autour de nous pour identifier de nouveaux voisins, et gardons foi en celui qui apporte continuellement des bouleversements là où les juristes de l’église cherchent des réponses simples, afin de dévoiler pleinement la glorieuse tapisserie de la création de Dieu. Amen

Poster un commentaire