Premier dimanche de l’Avent

Avent 1 Année C – Decembre 2, 2018

Jer 33.14-16; ps 25; 1 Thess 3.9-13; Luke 21.25-36

Que le Seigneur fortifie vos cœurs dans la sainteté afin que vous soyez irréprochables devant votre Dieu et Père lors de la venue de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints « .

Tu verras, disaient-ils.  Parfois, il ne neige même pas avant Noël à Montréal.

L’anticipation de Noël a certainement changé avec le temps, avec la pression que nous connaissons tous. Je suis sûr que vous aurez été aussi ennuyé que moi par toute l’excitation de Vendredi et Lundi fou – à moins que vous n’ayez eu vraiment besoin d’acheter quelque chose.  Et ce fut un choc pour moi de voir le Père Noël joyeusement installé partout autour de Montréal au début de novembre, bien que je comprenne parfaitement qu’il aurait été plus difficile de les installer une fois que la neige commence à tomber.

Il faut s’adapter aux conditions météorologiques locales et, comme tout le monde, j’apprécie certainement toutes ces occasions de voir la lumière en ces mois d’obscurité.

Quoi qu’il en soit, à moins qu’il n’y ait un dégel important, ce sera certainement un Noël blanc cette année !

Pour l’Église, c’était le temp ordinaire jusqu’à hier, quand nos couleurs ont changé pour le bleu, la crèche a été sortie de son placard et une équipe a aidé à nettoyer et à rafraîchir la cathédrale en vue du temps de l’Avent dans lequel nous entrons aujourd’hui.  La nouvelle année pour l’Église a commencé.

L’Avent, un don de quatre semaines pour essayer de faire de la place et de réfléchir – au milieu de toutes les autres préparations en cours – à la venue de Dieu dans le monde en tant qu’enfant miraculeux d’une adolescente il y a toutes ces années – et comment cet enfant a été accueilli ou mal accueilli.

Les histoires sont vivantes, bien connues et immédiates.

Quelques semaines pour réfléchir à la manière dont nous pouvons remettre Dieu au centre de nos vies alors que nous – avec le reste de l’église – nous nous demandons ce qui se passera quand Jésus reviendra dans la gloire, comme il s’y est promis.

Et en vérité, cette perspective particulière peut sembler plutôt décourageante, au fur et à mesure que nous lisons les signes qui la préfigureront.

Des signes dans soleil, la lune et les étoiles.  Détresse parmi les nations troublées par le rugissement de la mer et des vagues. Les gens s’évanouissant de peur et d’appréhension.  Et puis,’le fils de l’homme venant dans une nuée’ avec une puissance et grande gloire. (Luc 21.25)

« Malgré tout cela, nous devons nous lever et lever la tête, car notre rédemption approche.

Je ne sais pas pour vous, mais tout cela me semble plutôt terrifiant – et pourtant, il se passe beaucoup de choses autour de nous qui ressemblent étonnamment à ces paroles de Jésus, beaucoup de détresse parmi les nations comme les puissances temporelles continuent à faire des guerres qui ne peuvent être gagnées.  Il y a beaucoup de preuves de douleurs dans notre l’environnement.

Vivons-nous déjà dans ce monde qui préfigure la seconde venue du Christ ?  Les douleurs de la naissance de quelque chose de nouveau sont-elles déjà en marche?  Nous devons regarder, attendre et être prêts.

Parce que pour ceux qui peuvent avoir une vision stable, ceux qui peuvent voir les signes, mais qui peuvent laisser de côté les soucis du monde, il y a la promesse qu’ils pourront se tenir, la tête haute, devant le Fils de l’Homme.

Cela exige une remarquable discipline et maîtrise de soi, et une foi qui parvient à être inébranlable, même lorsque les tempêtes font rage autour.

C’est pourquoi le but de ce temps de l’Avent, un temps pour nous de nous ressourcer, de prendre de nouvelles résolutions spirituelles pour l’année liturgique, de nous concentrer sur ce qui nous donne la vie plutôt que sur ce qui nous détourne ou nous nuit ; de nous concentrer sur ce qui nous relie à Dieu, plutôt que de ce qui nous en déconnecte : nous concentrer à laisser Dieu être Dieu avec nous et nous bénir alors que nous pensons à sa venue, enfant sans défense et en attendant sa nouvelle venue tout en constatant les signes de sa présence dans notre milieu.

Le voyage de l’Avent est à la fois un voyage profondément personnel, un temps privilégié pour s’occuper de notre âme et de nos attentes divines, mais aussi un voyage profondément communautaire, enraciné dans notre communauté à la cathédrale Christ Church, ici au centre-ville de Montréal et dispersé dans toute la ville, ou dans toute communauté chrétienne à laquelle nous appartenons.  Parce que c’est ensemble que nous témoignons au monde du berceau métaphorique que nous pourvoyons pour que le Christ s’incarne, pour que Jésus revienne, encore et encore, encore et encore.

Comment le monde verrait-il autrement ce que cela signifie d’avoir accueilli Jésus dans nos vies et d’attendre son retour au temps de Dieu ?

La preuve ne sera pas seulement par l’edifice que nous habitons, ou la musique que nous faisons, ou les prières que nous disons.  Mais surtout par la qualité de nos relations, par l’amour et le soin que nous avons les uns pour les autres.  Ceci, à notre meilleur, montre au monde qui nous entoure l’effet transformateur de la présence de Jésus parmi nous.

L’apôtre Paul prie pour que le Seigneur fasse grandir les gens de Thessalonique et qu’ils abondent dans l’amour les uns pour les autres et pour tous, et il prierait pour les gens de la cathédrale Christ Church de Montréal aujourd’hui.

Quelle est la qualité des relations entre nous tous, et parle-t-elle de transformation divine, de transcendance et d’amour ?  Montre-t-elle une qualité autre que la qualité des relations que nous voyons chez ceux qui ne se sont pas joints à nous sur ce chemin de foi ?

Comme beaucoup passent nos portes pour la première fois au cours de cette période, partiront-ils en pensant : vraiment, la qualité de leur amour les uns pour les autres et pour l’étranger était remarquable, un signe visible et actif de leur foi ?

J’aime à penser que nous sommes sur la bonne voie.  Pourtant, en ce temps de l’Avent, nous pouvons vouloir réexaminer notre vie commune, faire amende honorable là où il faut faire amende honorable, et nous diriger vers la lumière du Christ à Noël avec une vigueur renouvelée.

Je termine avec les mots dèHélène Debaecker :

Jésus, je me sens seule, le cœur vide et amer :
Il me manque mon Tout : Vous, l’unique nécessaire.
Jésus je vous attends : sans vous je suis perdue.
Lumière, Amour, Douceur, Immense et Absolu …
Il fait noir, il fait peur, si Vous n’êtes pas là
Et je ne puis marcher si je ne vous vois pas.
Mon Dieu, je me recueille et me remets en Vous ;
Que tout ce vide en moi s’emplisse du désir,
Christ, de votre venue. Mon âme veut courir
Puis se mettre à genoux : ô Jésus, hâtez-Vous !

Enfant-Roi, dans un grand silence préparez-moi :
Que j’apprenne le désert, l’espérance et la joie.
Venez remplir, combler, apaiser, consoler,
Venez guérir, sourire, nourrir…et nous sauver ;
Petit Enfant Jésus, dans le froid et le vent
Vous comblez pleinement l’attente de l’Avent !

Amen

Poster un commentaire