Leur donner une guirlande au lieu de cendres

Mercredi des cendres

Esaïe 58, 1-12
Psaume 103
2 Cor 5, 20b-6:10
Mathieu 6, 1-6; 15-21

La Rev. Dr. Deborah Meister


Saint Luc rapporte le premier sermon que Jésus ait jamais prêché. Il raconte que Jésus est allé dans sa ville natale pour prier dans la synagogue le jour du sabbat, et quand le moment est venu, ils se sont tournés vers lui – l’étranger rentre à la maison – et lui ont demandé s’il avait une parole pour eux. Il prit le rouleau des Ecritures et l’ouvrit au prophète Esaïe, et il se mit à lire ces paroles :

« L’Esprit du Seigneur Dieu est sur moi”

And Jesus read the words of Isaiah, saying, “The Spirit of the Lord God is upon me; because the Lord has anointed me to preach good tidings; he has sent me to bind up the brokenhearted, to proclaim liberty to the captives and the opening of the prison to them that are bound in chains; to proclaim the year of the Lord’s favor.” He stopped there, and added, “Today this scripture is fulfilled in your hearing.” He stopped there, but the congregation, who would have known the scriptures well, would have known the next verse as well: “to provide for those who mourn in Zion — to give them a garland instead of ashes, the oil of gladness instead of mourning, the mantle of praise instead of a faint spirit…. le manteau de la louange au lieu d’un faible esprit ». (Isaiah 61:3)

Leur donner une guirlande au lieu de cendres – c’est le cœur du Mercredi des Cendres : non pas les cendres, mais la guirlande que nous saisissons à travers elles : une nouvelle vie à partir des ruines de ce qui doit mourir. Nous sommes venus ici aujourd’hui pour nommer et reconnaître nos péchés, nos fautes, nos échecs, pour être honnêtes sur ce que nous sommes quand nous sommes au plus mal. Sans cet ancrage profond dans l’honnêteté, notre vie devient rapidement une façade vide, mais si nous nous arrêtons là, nous sommes bien loin de l’appel de Jésus. Nous reconnaissons nos péchés parce que nous cherchons à obtenir le pardon sûr du Christ, parce que nous ne voulons pas être pris au piège de habitudes mortifères, parce que nous voulons vivre. Les théologiens parlent de la purification de nos âmes par un processus qu’ils appellent « mortification » – tuer les choses qui nous tuent. C’est ce que nous faisons aujourd’hui.

The poet George Herbert writes,

How fresh, O Lord, how sweet and clean
Are thy returns! ev’n as the flowers in spring;….

Who would have thought my shrivel’d heart
Could have recover’d greennesse? It was gone
Quite underground: as flowers depart
To see their mother-root, when they have blown;
Where they together
All the hard weather
Dead to the world, keep house unknown.

Si frais, Seigneur, si doux et pur/ Sont tes retours. Qui aurait cru que mon cœur ratatiné aurait pu retrouver sa verdeur ? Seul le Christ, qui sait ce que c’est que de mourir, et ce que c’est que de vivre à nouveau. Piégé dans le tombeau, mort sur son cercueil, perdu pour le monde, savait-il quand son doigt a commencé à trembler, quand le sang a recommencé à bouger, quand il a pris sa première respiration tremblante et a sauté du tombeau, vivant et libre — libre de marcher, libre de courir, libre de risquer, libre d’oser ? Trente ans plus tôt, ou un peu plus, un ange était venu voir sa mère pour lui demander si elle voulait porter l’enfant de Dieu, et elle a incliné la tête et dit qu’elle le ferait. Je pense à ce puissant acte de grâce, pour dire « oui » à une vie nouvelle, à un avenir qu’elle pouvait à peine imaginer, et je me demande si Jésus a fait écho à ce « oui » avant de ressusciter, tout comme nous devons le prononcer chaque fois que nous nous détournons de ce qui nous fait mourir et que nous choisissons, à nouveau, de vivre.

When St. Paul entreats us, “be reconciled to God,” that is what he means: to speak the yes of Mary and of the Risen Christ, and leave your tomb. Accept the life that God is holding out to you. I used to think he was being ironic in his use of “reconcile,” because surely it is God who needs to be reconciled to us. We have hurt God’s creatures, God’s creation; we have failed to bring about a just society; and maybe we even talk about the fact that it bothers us, but still, we do not change. Surely, it is God who needs to be reconciled to us.

En regardant à nouveau, je pense que Paul disait la vérité lorsqu’il nous a exhorté à nous réconcilier avec Dieu. Nous voyons tant de choses qui rendent difficile la confiance en Dieu. La souffrance, d’abord la nôtre et celle des autres. Nous voyons les guerres, la faim, la maladie et les catastrophes, et nous commençons à penser qu’on ne peut pas faire confiance à ce Dieu (pas plus qu’à nous), que Dieu est peut-être malveillant ou qu’il est sorti pour déjeuner, que le monde est peut-être placé entre nos mains parce que nous pourrions mieux le diriger. Nous avons donc besoin de nous réconcilier avec Dieu : nous devons laisser aller notre colère et notre douleur face au fait que Dieu ne respecte pas nos règles. Nous devons cesser de blâmer Dieu pour l’usage que nous faisons de notre liberté ; nous devons accepter que le gâchis que nous avons fait est le nôtre, et nous tourner à nouveau vers Celui qui peut nous aider à racheter la perte.

That acceptance of our own role in the disorder of our lives and the disorder of the world allows us to see ourselves anew. Martin Luther wrote that each of us is both redeemed and a sinner (simul justus et peccator). Actually, the word he used was not “redeemed,” but “justified” — made to be just. And so we are both just and unjust, all at once, and often we are least just to our selves. But Christ is just to all of us — and the justice of God and the mercy of God are one and the same.

Le Christ est juste pour nous tous – et la justice de Dieu et la miséricorde de Dieu sont une seule et même chose. Il est difficile de s’en souvenir. Nous considérons la justice et la miséricorde comme deux choses opposées, comme des condamnés qui plaident pour la miséricorde. Mais dans les Écritures, le contraire de la justice est l’injustice. Dieu apporte toujours la justice, et nous, trop souvent, nous apportons l’injustice, parce que nous ne sommes pas miséricordieux les uns envers les autres. Mais Dieu est toujours miséricordieux : assez miséricordieux pour rejeter notre injustice, assez miséricordieux pour ne pas nous laisser dans la fosse que nous avons creusée, assez miséricordieux pour nous appeler à marcher à nouveau dans la vie.

George Herbert tasted this divine mercy when he wrote,

And now in age I bud again,
After so many deaths I live and write;
I once more smell the dew and rain,
And relish versing: O my onely light,
It cannot be
That I am he
On whom thy tempests fell all night.

Je ne peux pas croire que je suis celui qui a souffert tes tempêtes toute la nuit.

And so, this Ash Wednesday, let us accept the offer of God. Now is the acceptable time, now is the day of salvation. The poet Mary Oliver asks, “What is it you plan to do with your one wild and precious life?” Do you wish to spend it endlessly harming others? Endlessly despising yourself? Regretting the world we have made and the part you have played in it? Wouldn’t you rather live with a whole heart?

Dans quelques minutes, lorsque nous vous dirons : « Souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras à la poussière », rappelle-toi que tu es de la poussière qui a été rachetée. Souviens-toi que tu es poussière qui a été aimée. Souviens-toi qu’à partir de la poussière, Dieu a façonné un être humain, et le Dieu qui pouvait le faire autrefois peut encore le faire. Le souffle qui se trouve dans tes poumons est celui de Dieu. Les paroles que tu prononces, le temps qui t’a été donné – tout est de Dieu, donné pour que nous puissions les rendre, minute par minute, en actes d’amour et de louange.

When we kneel in atonement today, we are making a powerful statement of trust. We do not name our sins without hope, but with trust in the unfailing mercy of God. We kneel because we can, and we rise because God is with us. We kneel in our own weakness, and we rise in the strength of Christ.

Et donc, alors que vous recevez aujourd’hui l’imposition des cendres, souvenez-vous aussi de la guirlande. Portez-la dans votre esprit comme un signe de la vie que vous recherchez : une vie de beauté, d’espoir et de confiance. Emportez-la avec vous, et laissez-la vous rappeler votre propre fragilité et la miséricorde éternelle de Dieu.

Poster un commentaire