Le lavage des pieds du traître

Jeudi Saint 2021

Exode 12, 1-14 Psaume 116, 1-2, 12-19  1 Corinthiens 11, 23-26  Jean 13, 1-17, 31b-35

Le très révérend Bertrand Olivier, Doyen et Recteur


Alors que nous vivons les jours de la Semaine Sainte depuis le dimanche des Rameaux, et ce qui est souvent décrit comme l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, nous savons que l’ambiance a subtilement changé.

Nous avions déjà le sentiment que quelque chose n’était pas tout à fait aussi triomphal que cela pouvait l’être lorsque nous avons vu Jésus arriver dans la Ville sainte assis sur un âne – accomplissant les prophéties – pas tout à fait aussi grandiose que nous pouvions l’espérer. Bien sûr, nous sommes toujours légèrement avantagés lorsque nous lisons le récit de ces événements, car nous connaissons évidemment le déroulement de l’intrigue.

La joie, la peur et la clandestinité, la célébration, la trahison, la mort, l’attente et puis… mais cela, c’est pour plus tard cette semaine.
Pour Jésus et son groupe d’amis, qui avaient laissé beaucoup de choses derrière eux afin de suivre un style de vie non conventionnel, il ne faisait aucun doute que quelque chose était sur le point de se produire.

Déjà, dans les jours précédant la Pâque, un certain nombre d’événements avaient désigné Jésus comme un fauteur de troubles qui causait aux autorités beaucoup d’inquiétude et de chagrin. Il avait ressuscité Lazare, attiré de grandes foules par ses actions et son enseignement, suscité l’accueil réservé à un roi. De nombreux signes n’auguraient rien de bon pour lui, et ceux qui avaient des yeux pour voir pouvaient prédire le désastre.

Nous pouvons imaginer que les disciples, bien que fidèles à Jésus, se demandaient aussi ce qui se passait. Ils s’étaient baignés dans la gloire de leur chef et avaient beaucoup appris sur Dieu et le peuple de Dieu au cours de leur voyage commun.

Car, un peu comme une équipe de football, ils avaient compris la notion de leadership par l’avant. Ils avaient aimé suivre – sans hésiter – et avaient accepté avec enthousiasme d’être enseignés en paroles et en exemples, et d’être dirigés par Jésus. Et ils étaient prêts à faire n’importe quoi pour lui. N’importe quoi. C’est du moins ce qu’ils pensaient. Mais il leur restait encore beaucoup à apprendre.

Jésus sait que le temps est proche alors qu’il se prépare à célébrer la fête de la Pâque, que bientôt il laissera ses amis derrière lui, que bientôt il retournera auprès de son Père, que bientôt ce sera à ses disciples de diriger et de prendre le relais.

Il a été un enseignant inhabituel à bien des égards, utilisant des paraboles et des histoires pour stimuler l’imagination, se comportant de manière contre-culturelle pour faire passer un message, mettant parfois en balance la loi et le plus grand bien pour établir des liens, tout cela pour aider ses disciples à comprendre l’Évangile de l’amour inconditionnel de Dieu dans leur cœur plutôt que simplement dans leur tête, tout cela pour transformer la vie de ceux qui l’ont rencontré. Et ils y sont parvenus jusqu’à un certain point, peut-être, mais de façon hésitante, retombant sans cesse sur les normes du monde plutôt que sur celles de Dieu. Après tout, ils sont des humains comme nous tous et les meilleures intentions peuvent être balayées par l’enthousiasme.

Le temps presse et, contrairement aux trois autres évangiles, l’apôtre Jean souligne un geste de Jésus qui laisse tout le monde stupéfait. Faisant écho aux paroles du Bon Pasteur qui donne sa vie pour la reprendre, nous voyons Jésus déposer son vêtement, nouer une serviette autour de lui et le remettre. Les disciples le regardent, horrifiés. Que fait-il ?

De la même manière qu’à Cana, Jésus a transformé l’eau réservée à la purification en vin nouveau du royaume, Jésus adopte le symbolisme du lavement des pieds pour donner à ses amis une leçon qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. Soudain, les structures qu’ils pensaient être à la base du royaume de Dieu s’écroulent lorsque Jésus s’agenouille à leurs pieds pour les laver.

Nos pieds ont bien sûr quelque chose de très personnel. Ils nous permettent de vaquer à nos occupations, ils sont souvent visibles lorsque nous portons des sandales, surtout dans les climats chauds, et nous pouvons en être fiers ou non, selon que nous soyons coureurs que nous ayons le temps et l’argent pour des visites régulières chez le pédicure. Il n’en reste pas moins que les pieds sont profondément personnels et que toucher les pieds de quelqu’un est un acte très intime, à moins que ce ne soit celui du plus humble des serviteurs lorsqu’ils ont besoin d’être nettoyés.

Pour ces mâles alpha qui sont ensemble depuis si longtemps, c’est le dépassement d’une limite à laquelle ils ne s’attendent pas, quelque chose qui les laisse pantois quand ils pensent à leur chef. Pierre refuse d’abord d’accepter ce signe de service, ce signe d’amour. Et lorsque Jésus le persuade qu’il doit en être ainsi pour faire vraiment partie de lui, il s’empresse de dire – comme un chiot impétueux – “non seulement mes pieds, mais aussi mes mains et ma tête”.
Mais là n’est pas la question, bien sûr. L’essentiel, c’est que Jésus, leur Seigneur et Maître, celui qui vient de leur laver les pieds avec tendresse et grâce, y compris ceux de celui qui va bientôt le trahir, veut leur faire connaître la voie de l’amour divin, un amour qui n’est pas centré sur soi-même ni sur la satisfaction de désirs égoïstes. Un amour qui n’a pas de hiérarchie, un amour qui inclut tout le monde, un amour si grand que Dieu s’humilie pour prendre la place d’un serviteur, un amour par lequel nous sommes nous aussi appelés à nous laver les pieds les uns aux autres, créant ainsi une communauté d’égaux, une communauté où les statuts et les positions sont inversés dans cet acte de service.

La séquence de la passion est fondamentale pour notre foi, car elle nous fournit un modèle et un espoir. Un modèle de communauté qui était contre-culturel à l’époque de Jésus, et qui l’est encore plus aujourd’hui, concentrés que nous sommes sur les illusions éphémères du pouvoir et le culte de l’individu. Cette nuit nous rappelle aussi que ceux qui parlent le plus fort, ont la plus grande richesse ou le moins d’égards pour les autres trouvent aussi leur place dans l’amour de Dieu – qui lave les pieds même de ceux qui le trahissent.

Le message est clair :

<< aimez-vous les uns les autres. A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres >>

Après une année de pandémie et de découverte de nouveaux modes de vie, souvent isolants, frustrants ou destructeurs d’âme, nous avons été soutenus et encouragés par les nombreux signes de l’amour de Dieu présents dans le monde aujourd’hui encore.

Nous avons vu d’innombrables personnes s’atteler avec abnégation à la tâche de laver littéralement les pieds des personnes âgées et des infirmes dans les CHLSD et les abris, nous avons été témoins du dévouement des travailleurs de la santé qui ont mis et continuent de mettre leur vie en danger pour préserver la santé des populations ; nous avons vu beaucoup de personnes surmonter leur propre peur du virus afin de continuer à servir leurs communautés par le biais de services essentiels, d’écoles, de magasins, de transports ; dans ces cas et dans bien d’autres, nous avons vu l’amour de Dieu à l’œuvre.

Ces expériences partagées par les chrétiens ont été réunies tout au long de cette période difficile autour des autels, virtuels ou réels, nous joignant à Jésus dans cette première Eucharistie, son dernier repas, sanctifiant ce don de la vie, ce don de l’amour dans une communion partagée dans le pain et le vin.

Nous avons également vu le passage de l’adulation initiale des travailleurs essentiels, couverts de louanges et de cadeaux, à l’ennui et maintenant à l’impatience. Il y aura toujours ceux qui trahissent l’esprit de Dieu, et pourtant ils continuent – et nous aussi parfois – à faire partie de cette communauté bien-aimée.

Le moine cistercien britannique St Aelred de Rievaulx écrit dans sa Règle de vie pour un reclus :

Maintenant, montez avec notre Seigneur dans cette pièce, préparée pour le souper, et réjouissez-vous en partageant les délices du repas qui nous apporte le salut. Laissez l’amour vaincre la timidité, l’affection chasser la peur, afin qu’il puisse au moins vous donner une aumône des miettes de cette table lorsque vous mendiez quelque chose. Ou bien tenez-vous à distance et, comme un pauvre qui regarde un riche, tendez la main pour recevoir quelque chose. Que vos larmes déclarent votre faim.

Mais quand il se lève de table, se ceint de la serviette et verse de l’eau dans le bassin, considérez quelle majesté c’est que de laver et de sécher les pieds de simples mortels, quelle grâce c’est que de ses mains sacrées il touche les pieds du traître. Regardez et attendez et, enfin, donnez-lui vos propres pieds à laver, car ceux qu’il ne lavera pas n’auront pas de part avec lui.


 

Poster un commentaire

%d bloggers like this: