Pas encore de commentaires

Litanie de l’Avent

Seigneur Jésus, viens vite !
Je suis tendu à rompre avec l’attente de toi,
Au-delà de la réparation,
Bien que cela ne soit pas impossible.

Oh, viens vite !
Car si je ne connais ni le jour ni l’heure,
Mais je sais que tu viendras ;
Qu’il y aura un moment, hors du temps, où je te tiendrai dans mes bras
et tu prendras mon visage dans tes mains.
Car tu es déjà là, en moi
Bien que pas encore ici dans le monde.

Seigneur Jésus, viens vite !
Comment suis-je aujourd’hui, me demande-t-on,
Et je réponds de la seule manière possible :
Toujours enceinte de la promesse que tu as faite,
Toi que je connais depuis neuf mois
(peut-être plus longtemps)
et pourtant que je ne connais pas du tout.

Oh, viens vite !
Tu as fouillé mon âme et tu me connais,
Toujours dans le ventre de ta mère,
Mais quand je verrai ton visage, tu ne prononceras pas mon nom.

Seigneur Jésus, viens vite !
Mère, tu diras, dans des années, Voici ton fils.
Marie, tu diras à un autre, qui t’attendra alors
aussi désespérément que je le fais maintenant.

Oh, viens vite !
Au moment de ta naissance, à l’aube de ce jour,
Je verrai ton visage et je saurai que ton nom est
L’amour.

Et
encore
je
ne
te
connais
pas.

Maman, écoute

Les promesses faites dans le livre de Luc
sont pour tous les bébés, pas seulement pour les saints.
(tous les bébés ne sont-ils pas saints ?)
L’aube d’en haut se lèvera sur nous
(Oui, une épée te transpercera aussi l’âme)
de génération en génération
une croix, un clou
une balle
un genou

une nuit et un jour et une nuit de travail
te transperce aussi l’âme
à nouveau, en revivant le jour et la nuit les plus longs de ta propre vie
à nouveau, puisque tu es cette fois-ci en dehors
éternellement
une mère
prier pour nous maintenant et à l’heure de notre mort
gardez ces choses, et réfléchissez-y dans ton coeur

(car tu les connais déjà
leur énonciation est pour l’orateur
pas pour toi – l’épée dans ton âme
y réside depuis l’annonce
de la promesse de cette naissance
et tu connaissais déjà sa douleur quand tu as dit
me voici, Seigneur, ton fidèle serviteur)

        — Erica Jacobs-Perkins

Poster un commentaire

%d bloggers like this: