Pas encore de commentaires

Mizeki

« Je vous le dis, mes amis, ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela, vous ne pourrez plus rien faire. Mais je vous avertis de qui il faut craindre : craignez celui qui, après avoir tué, a le pouvoir de jeter en enfer. Oui, je vous le dis, craignez le ! Cinq moineaux ne sont-ils pas vendus pour deux sous ? Pourtant, aucun d’entre eux n’est oublié aux yeux de Dieu. Mais même les cheveux de votre tête sont comptés. N’ayez pas peur, vous avez plus de valeur que bien des moineaux.

Et je vous le dis, quiconque me reconnaîtra devant les autres, le Fils de l’homme le reconnaîtra aussi devant les anges de Dieu ; mais quiconque me reniera devant les autres sera renié devant les anges de Dieu. Et quiconque dira une parole contre le Fils de l’homme sera pardonné ; mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit ne sera pas pardonné. Lorsqu’on vous conduira devant les synagogues, les gouverneurs et les autorités, ne vous préoccupez pas de la manière dont vous allez vous défendre ni de ce que vous allez dire ; car le Saint-Esprit vous enseignera à cette heure même ce que vous devez dire ».

– Luc 12:4-12 (NRSV)

Bernard Mizeki est décédé le 18 juin 1896. Il a été retiré de sa maison et a été transpercé. Aujourd’hui, l’Église anglicane commémore sa vie de missionnaire, de catéchiste et de martyr.

D’origine mozambicaine et formé au Zonnebloem College, en Afrique du Sud, Mizeki travaillait comme catéchiste anglican laïc parmi le peuple Shona au Zimbabwe. Il s’était installé dans le kraal de Mangwende Mungati, où il a développé un complexe de mission avec une école. Les populations d’Afrique australe étaient affamées, la région souffrait de la sécheresse et des invasions de criquets, et les troubles se retournaient contre la British South Africa Company et son lourd système fiscal. Mizeki a été tué pendant la rébellion du Matebeleland. L’histoire raconte que sa femme l’a trouvé encore vivant et que lorsqu’elle est allée chercher de l’aide, elle a vu « une grande lumière blanche », et un bruit fort « comme les ailes de nombreux grands oiseaux ». Le corps de Mizeki n’a pas été retrouvé. Une source indique qu’un partisan des sorciers de Mangwende a été « trouvé responsable du meurtre et de l’enlèvement du corps, ainsi que de la destruction du campement de la mission ». Que Mizeki soit mort parce que les nationalistes considéraient tous les missionnaires comme travaillant pour les gouvernements coloniaux, ou parce qu’il s’opposait aux chefs religieux et à leurs traditions locales, le fait est qu’il y a eu un soulèvement et qu’il a été averti de s’enfuir. Il a choisi de rester.

On dit qu’il a refusé de partir, parce qu’il s’occupait d’un vieillard invalide, et « parce qu’il ne se considérait pas comme travaillant pour quelqu’un d’autre que le Christ, et qu’il ne voulait pas abandonner ses convertis ou son poste ». On dit aussi qu’il croyait que « les ordres de son évêque absent de rester ne pouvaient pas être annulés ». Ce sont là quelques rationalisations de sa prise de décision. Néanmoins, face au danger, il a choisi de rester.

Dans l’évangile de Luc, Jésus dit à ses disciples « Je vous dis, mes amis, n’ayez pas peur de ceux qui tuent le corps et après cela ne peuvent plus rien faire. » (12:4) Nous ne savons pas si Mizeki avait peur de mourir ou non. Nous ne savons pas si, dans sa prise de décision, il a simplement pris à cœur les instructions de Jésus. Mais dans le passage de Luc, Jésus veut que ses disciples n’aient pas peur de la mort. Il n’y a rien de plus commun à notre humanité que d’avoir peur de la mort, même lorsque nous savons, en tant que chrétiens, que nous avons la vie éternelle en lui (Jean 3:16). Jésus demande d’être préparé à la mort physique en ayant confiance en sa promesse. Mais en même temps, Jésus semble impliquer que nous devons également être préparés à la justice de Dieu, et que cette pensée devrait être la seule « peur » dans nos vies. Cette « crainte de Dieu » signifie le respect, la crainte et la soumission à l’amour inébranlable de Dieu, car nous sommes précieux aux yeux de Dieu au point que « même les cheveux de ta tête sont comptés ». C’est la seule « crainte » que nous devrions utiliser pour pondérer nos risques et nos décisions.

Lorsque Jésus dit « n’ayez pas peur », « ne craignez pas ceux qui tuent le corps », cela ne signifie pas que nous ne devons pas nous en soucier ou prendre des précautions. Lorsque nous sommes dans une situation où nous devons activer nos processus cognitifs pour prendre des décisions, nous nous concentrons sur les informations pertinentes et nous laissons de côté ce que nous considérons comme non pertinent à ce moment-là. Lorsque l’esprit n’est pas occupé à combattre la peur de la mort, il peut utiliser d’autres zones du cerveau pour trouver des idées innovantes, ainsi que différentes émotions qui favoriseront une variété de possibilités et de résultats. Ne pas craindre la mort devrait nous permettre de valoriser notre vie et l’intendance qui nous est confiée ; cela devrait nous permettre de valoriser notre ici et maintenant pour agir, et prendre des risques mesurés. Il ne s’agit pas de prendre des risques fous dans l’ignorance. Nous devons comprendre et peser tous les risques pour prendre une décision en connaissance de cause. Nous devons également comprendre quels types de risques sont des occasions de mettre en œuvre l’amour de Dieu et de montrer notre amour à notre prochain. Ce sont les informations pertinentes sur lesquelles nous devons nous concentrer.

Mizeki a pris une décision en connaissance de cause, et il a choisi de prendre un risque mesuré. Il a choisi de rester.

Les conditions actuelles de la pandémie nous ont permis de faire face à la mort, et donc de réfléchir à ce qui est important et ce qui ne l’est pas dans notre vie. Plus la durée de l' »enfermement » et de l' »éloignement » est longue, plus les normes selon lesquelles nous évaluons nos risques sont importantes. Jésus nous dit que lorsque nous évaluons les risques, nous devons ajouter à l’équation l’amour de Dieu et en faire notre priorité. Parallèlement à la pandémie, la sensibilisation accrue du public à la discrimination au cours du mois dernier nous a ouvert une autre série d’opportunités en tant qu’individus, mais aussi collectivement en tant qu’Église du Christ, pour prendre des décisions dans nos vies afin d’apporter l’amour du royaume sur terre.

Alors, maintenant, quel genre de décisions sommes-nous prêts à prendre ? Et quel genre de risques pondérés sommes-nous prêts à prendre ?

– Fresia Saborio

Source : Dictionnaire de la biographie chrétienne africaine, à l’URL : https://dacb.org/stories/zimbabwe/mizeki-bernard/
Photos de l’URL : https://alchetron.com/Bernard-Mizeki

 

Poster un commentaire