Pas encore de commentaires

D’abord, ne pas nuire

« Si l’un d’entre vous met une pierre d’achoppement devant l’un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour vous qu’on vous attache une grande meule de moulin autour du cou et qu’on vous noie dans les profondeurs de la mer. Malheur au monde à cause des obstacles ! Les occasions de trébucher sont inévitables, mais malheur à celui qui en est la cause ! Si votre main ou votre pied vous fait trébucher, coupez-le et jetez-le ; il vaut mieux pour vous entrer dans la vie mutilé ou boiteux que d’avoir deux mains ou deux pieds et d’être jeté dans le feu éternel ».
– Matthieu 18:6-8

Le serment d’Hippocrate est un ancien vœu prêté par les médecins qui déclare l’éthique qu’ils promettent de respecter. L’une des phrases associées à ce serment est la phrase « D’abord, ne pas nuire ». En jurant cela, les médecins en herbe promettent qu’avant de chercher à aider ou à traiter un patient, ils s’assureront que ce qu’ils prévoient de faire ne lui fera pas de mal. Ce concept est appelé « non-malfaisance » – l’idée qu’un professionnel de la santé ne devrait jamais faire quelque chose qui aggraverait l’état général d’un patient. Si le seul traitement d’une maladie comporte un risque trop élevé, il vaut peut-être mieux ne pas le faire du tout que de risquer de faire plus de mal que de bien au patient.

Mais il n’y a pas que les médecins qui devraient chercher à « d’abord ne pas faire de mal » ; notre christianisme nous demande de pratiquer aussi la non-malfaisance. Lorsque nous rencontrons l’amour de Dieu, nous nous sentons poussés à étendre cet amour aux autres. Nous voulons que les autres soient mieux lotis grâce à notre foi et à la façon dont elle nous fait nous comporter. Cependant, le comportement de certains chrétiens, motivés par ce qu’ils pensent que leur foi leur commande de faire, peut en fait faire du mal et laisser une personne dans une situation pire qu’avant. Le fait de nuire aux gens en raison de notre foi contredit directement la thèse de l’Evangile.
Un exemple de domaine dans lequel la non-malfaisance est essentielle (et pourtant, elle fait cruellement défaut) est la façon dont nous traitons les homosexuels à l’église. De nombreuses communautés chrétiennes croient que les relations homosexuelles, et par extension, les personnes homosexuelles elles-mêmes, sont pécheresses et contradictoires avec le dessein de Dieu pour l’humanité. Les personnes qui y croient estiment qu’elles doivent partager le message avec les homosexuels, afin de les sauver des conséquences de la « vie dans le péché ». Une méga-église californienne, Bethel, a créé un « ministère » de thérapie de conversion appelé Changed. Cette organisation et d’autres organisations de thérapie de conversion existent dans le seul but de démontrer aux chrétiens homosexuels que leur sexualité peut et doit être non seulement excisée comme une tumeur à enlever chirurgicalement de leur identité. Les chrétiens homophobes semblent partir du principe que les identités peuvent être découpées en plusieurs parties, ce qui permet de retirer et de jeter au feu les parties « indésirables » et de laisser le noyau de la personne intact, indemne, inchangé. Mais la belle complexité de ce que nous sommes est comme un enchevêtrement de fils – on ne peut pas couper une partie sans endommager les autres, sans nuire à l’intégrité structurelle de l’ensemble.

Matthieu 18 décrit le concept de « pierre d’achoppement » – quelqu’un qui rend difficile la poursuite de Dieu par une autre personne. Ce passage nous apprend à pratiquer la non-malfaisance, car il nous incite à éviter de nuire aux autres. Ces chrétiens qui proclament haut et fort leurs messages anti-gays font trébucher leurs frères et sœurs. Même si, en fin de compte, leurs actions visent à faire le bien, elles finissent par causer de graves préjudices. Dans certains cas, le mal qu’ils sèment peut être mortel. Il a été démontré que les victimes d’une thérapie de conversion sont plus susceptibles de se suicider que leurs pairs. Au lieu de laisser les gens dans un état meilleur qu’avant, ces chrétiens font du mal – en violant la responsabilité minimale que nous avons les uns envers les autres en tant que frères et sœurs, voisins et enfants en Christ. Selon Matthieu 7:18, on peut déterminer la variété d’un arbre par le fruit qu’il porte : un bon arbre ne peut pas produire de mauvais fruits, et de même, un mauvais arbre ne peut pas vous donner de bons fruits. Si nous essayons de « ne pas faire de mal » aux gens qui nous entourent, nous devons regarder les fruits que nous produisons. Si ce fruit est la honte, le deuil ou la dépression, nous devons impérativement examiner si notre arbre est en fait en train de pourrir et de se décomposer.

Il existe un autre concept, moins connu, en matière d’éthique médicale, dans lequel nous pouvons trouver une valeur : la bienfaisance. En termes simples, la bienfaisance est la contrepartie active de la passivité de la non-malfaisance. Au lieu de nous mettre simplement en garde contre le danger, la bienfaisance nous met au défi de faire activement le bien. Un disciple de Jésus ne devrait pas simplement essayer de ne pas laisser sa communauté dans un état pire que celui dans lequel il l’a trouvée, mais créer un impact positif significatif et durable sur les personnes qui l’entourent. Jacques 2:17 nous dit que la foi sans action pour l’accompagner est morte. En d’autres termes, en tant que chrétiens, nous devons suivre le mouvement. Il peut s’agir d’affirmer haut et fort la valeur des personnes homosexuelles, ou de plaider pour la justice pour les communautés noires, ou encore de soutenir les efforts de lutte contre le changement climatique. Ne pas faire de mal est un premier pas important, mais c’est le strict minimum. Nous sommes appelés à faire plus que d’être des forces neutres dans le monde. Nous sommes appelés à semer l’amour, la communauté et la justice.

— Mal Skinner

Poster un commentaire