Pas encore de commentaires

Communauté

Une petite icône est posée sur mon bureau, une copie de La Trinité réalisée au début du XVe siècle par Andreï Roublev. L’original se trouve dans la galerie Tretiakov à Moscou, mais une autre copie se trouve dans la chapelle de méditation de la cathédrale. L’icône est également connue sous le titre L’hospitalité d’Abraham, car elle représente une scène du livre hébreu de la Genèse où Abraham salue trois étrangers et leur offre nourriture, boisson et repos.

Bien qu’il existe de nombreuses interprétations de cette icône, je veux l’utiliser ici pour méditer sur la signification de la communauté. Les lectures d’aujourd’hui parlent de la construction de la première communauté chrétienne. Pour moi, la situation actuelle met en lumière la question de la communauté. Comment comprendre la communauté lorsque la pandémie ne nous permet pas de nous rencontrer ? Comment construire une communauté lorsque nos communautés sont déchirées par le racisme et la violence très réelle que cela produit : verbale, physique et institutionnelle ?

Tout d’abord, je devrais dire l’évidence. La communauté n’est pas créée par le simple fait d’être dans la même pièce. Le fait d’appartenir à une catégorie particulière, qu’elle soit définie par la race, la classe ou le sexe, ne signifie pas non plus que l’on « appartient » ou que l’on se sent « appartenir », bien que l’on parle de « communautés culturelles » (se souvient-on que les blancs sont aussi une « communauté culturelle » ?)

Je voudrais suggérer une façon dont l’icône de Rublev peut nous aider à penser à la communauté. Les trois personnes qui figurent dans le tableau sont et ne sont pas les mêmes. Ils semblent similaires et pourtant ils sont habillés de couleurs différentes et associés à des objets différents – une maison, un arbre et une montagne – symbolisant leur rôle au sein de la Trinité. Ils sont à la fois identiques et différents, la seule divinité en trois personnes. La relation des trois figures est celle de l’unité dans l’amour, un amour qui englobe à la fois l’unité et la différence.

Je dirais que la communauté est créée par la relation, par l’engagement actif qui respecte à la fois la similitude et la différence. Elle n’est pas donnée d’avance. C’est une pratique, qui s’exerce par des gestes quotidiens autant que par les règles et les institutions qui organisent notre vie. En tant que telle, elle est incroyablement créative.
En tant que paroisse de la cathédrale, nous avons trouvé des moyens de créer une communauté grâce à la technologie, l’internet permettant de se connecter les uns aux autres à travers les distances physiques qui nous séparent. Dans les mois et les années à venir, nous serons appelés à trouver de nouveaux moyens de poursuivre ce processus. Plus largement, nous créons une communauté et guérissons le monde chaque fois que nous traversons les divisions de race, de classe et de langue pour être avec les autres, dans un amour qui reconnaît à la fois notre connexion et les profondes différences d’histoire et d’expérience qui constituent « ce que nous sommes ».

Je voudrais faire une brève remarque sur ce à quoi pourrait ressembler cette rencontre avec l’autre, un autre dont l’expérience et l’histoire sont profondément différentes de la sienne. Pour ce faire, je ferai un bref détour par l’œuvre de la philosophe féministe Luce Irigaray. Si chaque personne est à la fois absolument unique et faite à l’image de Dieu, alors ses réflexions sur la manière de rencontrer la différence de manière éthique sont pertinentes ici. Irigary soutient que chaque personne doit rester fidèle à ce qu’elle est, et laisser une place à l’autre. Cela implique la création d’un silence initial pour que l’autre puisse parler, ainsi qu’une reconnaissance des limites de son propre monde ou point de vue. Cela implique également l’acceptation que l’un sera changé par la rencontre avec l’autre, en même temps que l’autre restera toujours, dans une certaine mesure, inconnaissable. Cette acceptation de la différence et l’appel à un dialogue ouvert où chacun peut être entendu est nécessaire à la création d’une communauté. Inspirée par l’Esprit Saint, elle peut devenir une communauté à l’image et à la ressemblance de la Trinité.

Entre-temps, l’église de Judée, de Galilée et de Samarie a connu la paix et a été édifiée. Vivant dans la crainte du Seigneur et dans la consolation du Saint-Esprit, elle s’est multipliée (Actes des Apôtres 9:31).

— Sheena Gourlay

Poster un commentaire