Pas encore de commentaires

Les montagnes russes de l’amour de Dieu

Pitié, mon Dieu, pitié pour moi ! En toi je cherche refuge, un refuge à l’ombre de tes ailes, aussi longtemps que dure le malheur. (Ps 56, 2)

En 1975, un groupe appelé les Ohio Players a sorti une chanson intitulée “Love Rollercoaster”.
Plus tard, les Red Hot Chili Peppers allaient en faire un tube.

Toute bonne histoire d’amour est une montagne russe. Ils m’aiment, ils ne m’aiment pas. Ils se battent et se réconcilient.
Ils se battent et se réconcilient. Ils se battent pour que l’amour fonctionne.

S’il n’y a pas d’histoire d’amour avec Dieu, que faisons-nous ici ? Comme pour toute histoire d’amour, il y aura
les montagnes russes. Est-ce que Dieu m’aime ? Dieu ne m’aime-t-il pas ? Pourquoi est-ce toujours si difficile ?
Ils écrivent abondamment sur le doute et les sentiments mitigés concernant notre foi, même
dans la foi, et pendant qu’ils disent leurs prières.

Ils sont sur une sorte de montagnes russes intellectuelles avec Dieu.

Cette ambivalence est bonne ! Elle est saine et complètement humaine.

Il n’y a rien dans notre foi qui dit que les montagnes russes de
L’amour de Dieu devrait être facile. Pourtant, il y a un indice dans Jean 3:16 :

“Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné…”

Arrêtons-nous là, et réfléchissons un peu.

Quand nous continuons à donner, Dieu aussi. Qu’est-ce que Dieu a donné qui nous a montré l’amour ? A peu près tout, pour autant que je puisse le dire.

— John Matheson

 

Poster un commentaire