Pas encore de commentaires

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

En cette période de confinement, étant d’un certain âge, mes enfants ont demandé, non, exigé que je ne sorte pas du tout, sauf pour promener le chien. Pas de courses, pas de rencontres avec la famille ou les amis, pas d' »église ». J’ai été surprise de constater qu’une chose me manque : les courses ! Je tenais pour acquis que je regarderais toujours les fruits et les légumes, que je les toucherais, les sentirais et que je déciderais du menu. Mon marché Jean Talon me manque. Il m’a été enlevé pendant un certain temps.

À la fin de l’office du jeudi saint, il y a le dépouillement de l’autel. L’autel a l’air dépouillé et dénudé. Cette année, le démontage de l’autel a eu lieu bien plus tôt et, sans prévenir, tous les bâtiments de l’église ont soudainement fermé.

Qu’est-ce qui vous manque le plus ?

En tant que prêtre, cela me manque de tenir le pain et le vin bien haut pour les offrir aux fidèles. Le sens tactile qui consiste à placer l’hostie dans les mains des paroissiens me manque. Par-dessus tout, il me manque de donner et de recevoir la communion en communauté. Cela m’a été enlevé pendant un certain temps.

Comme d’habitude, Jésus transforme les moments de perte en moments d’opportunité. Il savait, en ce premier jeudi saint, ce qui lui manquerait le plus, mais toutes ses actions représentent une opportunité pour l’église, pour les fidèles réunis. Il lave les pieds des disciples et les exhorte à « faire comme j’ai fait pour vous ». Il institue le souper du Seigneur. Jésus donne à ses disciples du pain et du vin en disant : « Prenez, ceci est mon corps… Ceci est mon sang de l’alliance, qui est versé pour beaucoup ». Jésus conclut en disant : « Faites ceci en mémoire de moi », et ce faisant, il honore ses disciples de sa présence éternelle.

Avec cela dans mon esprit maintenant, je réalise soudain que mon « manque » m’a en fait montré ce que je désire le plus : être en communion avec le Seigneur et son peuple. C’est ce qui me nourrit et me donne de la force en ces jours et ces mois difficiles.

Comment votre « manque » pourrait-il vous donner l’occasion de vous épanouir en cette saison sainte ?

Poster un commentaire