Pas encore de commentaires

Au pied de la croix

Depuis, nous avons un grand prêtre qui a traversé les cieux, Jésus, le Fils de Dieu, tenons bon pour notre confession. Car nous n’avons pas un grand prêtre incapable de compatir à nos faiblesses, mais nous avons un grand prêtre qui a été éprouvé à tous égards comme nous le sommes, mais sans péché.

Approchons-nous donc du trône de la grâce avec audace, afin de recevoir la miséricorde et de trouver la grâce pour nous aider en cas de besoin. Aux jours de sa chair, Jésus a offert des prières et des supplications, avec de grands cris et des larmes, à celui qui pouvait le sauver de la mort, et il a été entendu à cause de sa révérencieuse soumission. Bien qu’il soit un Fils, il a appris l’obéissance par ce qu’il a souffert ; et ayant été rendu parfait, il est devenu la source du salut éternel pour tous ceux qui lui obéissent.
Hébreux 4:14-16, 5:7-9

Mon esprit n’est pas centré, je passe des nouvelles aux SMS, de mon livre à la fenêtre. Mon cœur a mal. La rue se sent seule et dans cette solitude, la pluie mélangée à la neige est pleine d’une beauté particulière. Le dépouillement de l’autel aurait dû avoir lieu le jeudi saint. C’est maintenant le vendredi saint, et non pas parce que je l’ai voulu ainsi, mais en raison des circonstances, je me présente devant la croix, dépouillé de tout ce que je considérais comme acquis.

L’auteur des Hébreux nous dit de « tenir ferme à notre confession », mais le silence est accablant. Néanmoins, c’est dans ce silence que je « tiens bon » plus que jamais, car la croix est le chemin par lequel le ciel nous est ouvert, et le chemin par lequel le Fils nous ramène à Dieu. La contemplation silencieuse de la croix et de la mort de Jésus devient la contemplation de l’ici et maintenant, de notre douleur individuelle et de notre souffrance collective. On nous dit que « aux jours de sa chair, Jésus a offert des prières et des supplications, avec de grands cris et des larmes ». Il comprend notre souffrance parce qu’il a lui-même souffert, mais il comprend aussi parce qu’il était là aussi quand nous étions faibles : il était là avec nous. Il connaît notre confession. Au milieu du silence du cœur, il y a une expérience intérieure de dialogue entre notre âme et Dieu dans la prière. Il nous a aimés en premier. Rien n’est plus significatif dans notre relation avec Dieu que d’être le bénéficiaire immérité de sa miséricorde et de sa grâce. Il semble que nous ayons été créés pour ce dialogue avec Dieu ; c’est comme si nous regardions Dieu de l’intérieur, et ce faisant, il nous conduit dans un processus de découverte de soi-même en lui et pour lui. Et nous sommes providentiellement transformés en l’être pour lequel nous avons été créés à l’origine. La prière est rendue possible par l’Esprit qui habite en nous, priant pour nous – intercédant pour nous, afin que nous puissions, corps et âme, nous tenir devant le trône de la grâce, recevant et donnant continuellement. Cette participation au Christ commence au pied de la croix.

Ce passage des Hébreux est un appel à être courageux et confiant parce que nous sommes aimés. De plus, nous sommes dépouillés – mais pour être transformés. Regardez par la fenêtre et la beauté sera révélée. Même si nous observons une distanciation physique, nous sommes déterminés à ne pas être isolés spirituellement et par sa grâce, nous continuons à renforcer notre sens de la communauté. Nombreux sont ceux qui travaillent pour aider ceux qui sont dans le besoin. Nombreux sont ceux qui, chez eux, prient pour le monde. Et chacun joue son rôle dans cet effort commun de solidarité. Notre église partage la Parole de Dieu et nous, l’église, sommes témoins de son pardon et de son amour, nous pardonnant et nous aimant les uns les autres. « Approchons-nous donc du trône de la grâce avec hardiesse, afin de recevoir la miséricorde et de trouver la grâce d’aider en cas de besoin ».

– Fresia Saborio

Poster un commentaire