Pas encore de commentaires

Anselm

Lectures pour le 21 avril
Psaume 37, versets 32, 33
La bouche des justes prononce la sagesse * et leur langue dit ce qui est juste
La loi de leur Dieu est dans leur cœur * et leurs pas ne faibliront pas

Romains 5, verset 1
Par conséquent, puisque nous sommes justifiés par la foi, nous avons la paix avec Dieu par notre Seigneur Jésus-Christ, par lequel nous avons obtenu l’accès à cette grâce dans laquelle nous nous trouvons

Matthieu 11, verset 28
Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos

La rubrique d’aujourd’hui rend hommage à Anselm, docteur de l’église et professeur de la foi, qui a vécu de 1034 à 1109. Neuf siècles plus tard, des étudiants du cégep et de l’université étudient encore son enseignement et luttent pour comprendre son argument ontologique en faveur de l’existence de Dieu : (Dieu est un être que rien de plus grand ne peut concevoir ; il est plus grand d’exister que de ne pas exister ; donc Dieu existe). Comme je ne suis pas qualifié, que vous n’êtes peut-être pas intéressé et que l’espace alloué est trop restreint, je ne vais pas me lancer dans cet épineux débat, mais je pense que l’histoire de la vie d’Anselm est pertinente pour nous aujourd’hui, alors que nous nous blottissons dans nos maisons, seuls ou avec des proches, et que nous réfléchissons à ce qu’il faut faire dans notre solitude, tout en luttant avec la façon dont nous – et les gens au sud de la frontière – ressentons la nécessité pour les gouvernements d’avoir un rôle de plus en plus paternaliste. Beaucoup d’entre nous réussissent également à se rapprocher de Dieu, trouvant que notre foi nous maintient enracinés et réconfortés.

 

L’expérience d’Anselm reflète la nôtre de plusieurs façons. Il est né de parents riches dans le nord de l’Italie mais s’est rebellé en passant sa jeunesse péripatétique d’étudiant à errer en France, avant de s’installer à l’abbaye bénédictine du Bec où il est finalement devenu d’abord prieur, puis abbé. La règle de Saint Benoît impose à ses disciples une vie simple, mais austère. Chaque jour, les moines suivaient un programme fixe de prières communes, d’études privées, de méditation, de longues heures de silence et de travail acharné. Benoît croyait que « Laborare est orare » – Travailler, c’est prier, et c’est ainsi que les monastères sont devenus des fermes, des caves, des hôpitaux et des maisons d’hôtes. De nos différentes manières, nous sommes tous devenus, dans une certaine mesure, des moines bénédictins, en priant, en lisant ou en étudiant et en travaillant. Nous faisons du pain, préparons de délicieux repas, acquérons de nouvelles compétences et nous nous joignons à la prière ou à l’étude avec notre communauté de la cathédrale, en suivant pour la plupart une routine quotidienne nouvellement établie. Nous nous plaignons même de ne pas avoir assez de temps pour lire.

 

Anselme, cloîtré dans son monastère du Bec, est devenu le plus grand théologien d’Europe. Il n’est donc pas surprenant que William Rufus, roi d’Angleterre, ait voulu le nommer archevêque de Canterbury après la mort de Lanfranc. Anselme était réticent. Il préférait une vie d’apprentissage et de contemplation au monde de l’intrigue, du profit et de la politique dans lequel il devait se plonger en tant qu’archevêque du siège le plus riche d’Angleterre, devenant ainsi tenancière en chef et conseillère d’un monarque corrompu et indigne de confiance. Le siège avait déjà été laissé vacant pendant quatre ans afin que William puisse conserver les revenus. Une allégeance divisée entre le pape et le roi a encore compliqué les choses, ce qui a conduit à la controverse sur l’investiture à l’échelle européenne – de quel droit un évêque ou un abbé occupait-il son poste ? Était-il conféré par un souverain terrestre ou spirituel ? Avant de devenir évêque ou abbé en Angleterre, le candidat devait rendre hommage au roi, mais il ne pouvait pas prendre ses fonctions sans recevoir le pallium du pape.

Pour compliquer encore les choses, il y a deux papes à cette époque, Clément soutenu par l’empereur et Urbain soutenu par la France, dont Anselme en tant qu’abbé du Bec. Pensant qu’il était mourant, Rufus accepta de recevoir Urbain comme pape et Anselme accepta à contrecœur d’être consacré, espérant qu’il pourrait réformer l’église anglaise. Cependant, lorsque Rufus se rétablit, il refusa de laisser Anselme aller à Rome pour recevoir le pallium du pape. La controverse sur l’investiture s’est intensifiée. Finalement, en 1095, deux ans après la consécration d’Anselme, Rufus autorisa l’archevêque à se rendre à Rome, mais dès son départ, le roi s’empara des terres appartenant à Canterbury. Anselme a passé 4 ans en Europe, assistant à des conseils d’église et rédigeant des traités théologiques. Lorsque Rufus fut tué dans un accident de chasse suspect, Henri Ier invita Anselme à revenir. Les relations entre le roi et l’archevêque se sont rapidement détériorées car Henri a insisté sur son droit d’investir le haut clergé des symboles spirituels de leur fonction, et Anselme s’est à nouveau exilé. Le conflit fut résolu lors du Synode de Westminster en 1107, lorsqu’Henri, monarque raisonnable et intelligent, accepta de ne pas investir les évêques et les abbés avec l’anneau et la crosse, symboles de leur office, à condition qu’ils rendent hommage au roi avant d’être institués. Anselme a ainsi pu passer les deux dernières années de sa vie paisiblement à Canterbury.

L’histoire d’Anselm illustre comment un homme bon peut tenir tête à un roi corrompu et vénal et aussi comment un homme bon et un roi bon peuvent coopérer et parvenir à un compromis. Anselm était inébranlable dans sa foi et dans ses principes. Il est célèbre pour sa devise « fides quaerens intellectum » – la foi en quête de compréhension, qui était le titre original de sa Proslogion, le célèbre livre dans lequel il exposait sa preuve de l’existence de Dieu. Anselm ne cherche pas à remplacer sa foi par la compréhension. Il décrit plutôt « un amour actif de Dieu cherchant une connaissance plus profonde de Dieu » https://plato.stanford.edu/entries/anselm/ Le psaume et les lectures choisies pour aujourd’hui, cités au début de cet article, sont des commentaires sur la vie et l’enseignement d’Anselme, un homme de foi profonde et de principes inébranlables dont la vie nous parle en ce moment. Nous aussi, nous devons parfois nous confronter à des politiciens malavisés, nous aussi, nous devons examiner et confirmer notre foi, nous avons trop besoin d’espaces de tranquillité et d’une routine monastique de travail, de prière et d’étude.

— Ann Elbourne

Poster un commentaire