Pas encore de commentaires

Témoignage

En tant que membre du groupe francophone d’étude biblique, « Pain Partage Prière », j’ai été invitée à vous parler de l’expérience que représente mon appartenance à ce groupe.

Je suis Québécoise de souche, francophone, et j’appartiens à la Communion anglicane depuis 2008. C’est l’évêque Barry qui m’y a accueillie durant la Veillée pascale, alors que d’autres personnes recevaient le baptême et la confirmation que j’avais déjà reçus dans la religion catholique. Je fréquentais  la paroisse francophone du Rédempteur dont la messe était célébrée le samedi dans la chapelle St-Jean de Jérusalem. Puis peu après l’arrivée du doyen Paul, cette paroisse a été fusionnée à celle de la Cathédrale, et des messes en français ont commencé à être célébrées à Christ Church. 
 
Le groupe d’étude biblique est né, lui, dans le prolongement du parcours Alpha offert en anglais et en français à l’automne 2013. Le désir d’apprendre sur Dieu et sur la religion ainsi que la solidarité entre les participants du groupe francophone étaient tels qu’à la fin du parcours nous voulions continuer à nous rencontrer pour apprendre et nous retrouver entre nous. Cette solidarité s’était surtout créée, je dois dire, autour d’une des participantes faisant face à une immense épreuve, et qui a été baptisée à la fin du parcours.
 
Un animateur nous a alors été assigné par la cathédrale, Jean-Jacques Goulet maintenant diacre temporaire, et les rencontres se sont poursuivi. À Pâques 2014, une autre participante a été baptisée, un autre a été confirmé, et un autre a été accueilli dans la Communion anglicane. Ces grands événements nous ont rapprochés encore plus, et toutes ces joies ont contribué, je pense, à attirer de nouvelles personnes. En plus, bien entendu, de leur désir d’en apprendre plus sur l’Église anglicane.
 
En 2008 une Québécoise francophone venue à Christ Church, sans y avoir été invitée, tenait du miracle! Découragée que j’étais devant la mentalité et les gestes de l’Église catholique, qui ne présentait d’autre part aucun espoir de changement – c’était avant François – j’ai cherché sur le web ce qu’était la religion anglicane. L’ouverture que j’ai découverte , la recherche de la vérité, la place des femmes et des homosexuels, la transparence, et tout le reste… m’ont conquise. J’y suis venue et j’en remercie Dieu chaque jour. Heureusement, la documentation maintenant diffusée en français ainsi que les actes posés dans la communauté francophone sont davantage invitants.
 
Mais de 2008 à 2013, la messe était l’unique service offert aux francophones  pour alimenter notre
 foi et notre attachement à cette religion, nouvelle pour moi. Le parcours Alpha, tout élémentaire qu’il ait été pour une chrétienne, est arrivé comme une bouée de secours. En plus de son contenu, il me permettait de rencontrer d’autres personnes intéressées aux mêmes réalités que moi, à une spiritualité autre que celle des catholiques.  
 
Le groupe Pain Partage Prière va beaucoup plus loin dans l’étude que le parcours Alpha. Il va où nous voulons aller. Au début, nous voulions réfléchir sur la liturgie du dimanche où nous nous réunissions, puis nous avons voulu étudier la Bible plus en profondeur. Un livre à la fois. Jean-Jacques a proposé de commencer par l’Évangile de Marc, et j’étais bien d’accord car c’est mon préféré. Je venais de lire « Le Royaume » d’Emmanuel Carrère et j’avais pris conscience que c’est celui des quatre qui est le plus véridique, le moins romancé, écrit par un contemporain du Christ. Chaque rencontre est instructive parce que basée sur les questions des participants. Mon passé d’enseignante m’a appris qu’on ne retient que ce qui répond à nos questions! 
 
Bref je ne trouve dans ce groupe que du bonheur, une joie profonde et des amitiés sincères pour les participants de la première heure et pour ceux qui s’y sont joints. Il y a eu des départs mais j’essaie de penser que ceux qui sont partis continueront à semer ce qu’ils ont cueilli parmi nous.

Poster un commentaire